Le mystère Henri Pick

Rédigé par nuagezero Aucun commentaire

Très amusant hommage à la bibliothèque des manuscrits refusés imaginée par Richard Brautigan dans L'avortement, que j'ai lu et adoré il y a quelques mois - je crois même que c'est un de mes livres préférés de tous les temps. Foenkinos invente une bibliothèque similaire à Crozon, au bout du Finistère, où vont se perdre des manuscrits refusés par les éditeurs. Un jour, une jeune éditrice et son amant écrivain y découvrent un manuscrit extraordinaire rédigé en secret par un pizzaiolo, mort depuis. C'est drôle et sans façons, je le dévore dans le train Morlaix-Paris. C'est mon premier Foenkinos, sûrement pas le dernier.
Par contre, je vois avec horreur qu'une adaptation cinématographique avec Fabrice Luchini va sortir dans quelques jours, et je me dis qu'il va bouffer tout le sel de cette jolie histoire...

« Cela avait donc existé, et c'était peut-être ça le plus important. Oui, cela avait existé. Tout comme les récits lumineux qu'elle formait au cœur de son obscurité. La vie possède une dimension intérieure, avec des histoires qui n'ont pas d'incarnation dans la réalité mais qui sont pourtant vécues. »
David Foenkinos, Le mystère Henri Pick (Folio Gallimard, 2016, p. 305)

Pizzaiolo, 1830 Pizzaiolo, 1830. Source.

Fil RSS des articles de ce mot clé