Un dilemme fondamental et inévitable

“Tout mouvement d’opposition est pris dans un dilemme aussi fondamental qu’inévitable. S’il se tient à l’écart du discours dominant, il prend le risque d’être relégué à la marginalité et à l’insignifiance ; ses revendications seront inaudibles, son défi à l’ordre social affaibli et dévalorisé. Si, en revanche, il se soumet aux règles du jeu de la politique-spectacle afin d’y obtenir un strapontin – c’est-à-dire si ses dirigeants se comportent convenablement, si ses manifestations ne troublent pas l’ordre public, et si ses slogans restent circonscrits et raisonnables -, il se met en danger d’être assimilé au système politique hégémonique qu’il prétend contester ; il commence à faire partie du problème au lieu d’agir pour une solution.”

Todd Gitlin, The whole world is watching: mass media in the making and unmaking of the New Left, University of California Press, Berkeley, 1980 ; extrait traduit et paru dans Manière de Voir n°146 intitulé “Faire sauter le verrou médiatique” dont on peut voir ci-dessous l’excellente bande-annonce :