Théorème vivant / Cédric Villani

Théorème vivant, Cédric Villani, Grasset 2012
Théorème vivant, Cédric Villani, Grasset 2012

Plaisante lecture d’été que ce récit du mathématicien Cédric Villani à propos du lent et complexe cheminement pour construire un théorème, qui lui vaudra la médaille Fields en 2010.
Les contrées mathématiques dans lesquelles vogue cet esprit brillant me sont tout à fait inaccessibles, et je saute allégrement tous les passages trop techniques, couverts de formules mathématiques. Mais il raconte avec une grande fraîcheur le quotidien du chercheur, les doutes, les avancées, les trouvailles, et derrière en filigrane, sa famille, et le fascinant milieu scientifique international dans lequel il gravite.

“Et puis le reste de la matinée, et puis le bon repas, et puis mon cerveau a commencé à s’embrumer, quand est venu le temps de remettre le compteur à zéro, le temps de la pause éclair, celle que j’appelle le reboot, la remise en marche de l’ordinateur, on efface la mémoire et on repart.
Dans mes oreilles ça bourdonne, les enfants parlent et reparlent et tout tourne en rond. Mon visage contracté se détend, le bourdonnement s’intensifie, des fragments de phrases voltigent, certains plus fort que d’autres, des voix et chansons, le repas revient, une cuillère oubliée, une procédure d’accueil, un lac non gelé, un buste dans ma bibliothèque, 3n + 1, 3n + 2, 3n + 3, le parquet et les ombres et tu as oublié un petit enfant et…
Une brusque petite secousse dans mes membres, les ombres s’écartent et ma conscience redevient claire.”

Cédric Villani, Théorème vivant, Grasset 2012.