Exil à Spanish Harlem

Raphaële Eschenbrenner, Exil à Spanish Harlem, Seuil 2014

Raphaële Eschenbrenner, Exil à Spanish Harlem, Seuil 2014

Un tout petit (128 pages) roman marrant, parfois un peu de guingois – comme le quotidien de la narratrice, jeune française exilée à New York dans le quartier peu reluisant de Spanish Harlem à la fin des années 80 -, mais attachant.
Elle fait des petits boulots qu’elle déteste, elle aime Spike, son petit copain punk, et traîne dans les clubs le soir. Ambiance Stranger than paradise :

“- Faut que je trouve un boulot. J’en ai marre de faire du temporaire. Je vais partir, peut-être…
– Où ça ?
– Je ne sais pas. Ailleurs. J’en ai marre de New York. Les filles sont insupportables.
– Comment ça, insupportables ?
– Il y a les filles du East Village, qui fument, le nez en l’air, en te regardant comme si tu n’avais pas l’air assez cool. Elles se mettent du fond de teint blanc, du rouge à lèvres foncé, et quand tu as la chance de pouvoir discuter avec elles, c’est comme si elles avaient déjà tout vu et tout entendu. Blasées à vingt ans.
– Il n’y a pas qu’elles.
– Il y a les filles de Brooklyn, avec leur cul moulé dans leurs jeans, leur crinière cimentée, leurs talons aiguilles, qui veulent seulement examiner tes biceps et la dope que tu as sur toi. Et puis il y a les filles du Middle West, qui essayent de rester saines en faisant du jogging et en bouffant macrobiotique. C’est désespérant, tu sais, elles n’ont rien dans le crâne, ces nanas.
– Il y a des filles normales aussi.
– Nan. Il n’y a pas de filles normales à New York. J’en ai marre de cette ville. Tout est trop cher. Les gens se comportent comme des bêtes. Mais je ne me laisserai pas faire. Je resterai le petit pois indigeste que le ventre de Manhattan n’avalera jamais.”

Raphaële Eschenbrenner, Exil à Spanish Harlem, Seuil 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *