Novlangue

1984, George Orwell, Folio Gallimard Je n’avais jamais lu 1984 de George Orwell. Il parait que les ventes de ce classique de la SF, publié pour le première fois en 1949, ont augmenté de 9500% aux Etats-Unis, depuis l’investiture de Donald Trump et l’émergence du concept de “faits alternatifs” créé par son équipe, selon la maison d’édition Penguin !
Profitant de mes vacances, j’ai pu découvrir ce roman d’anticipation  (dans la belle traduction d’Amélie Audiberti) qui prévoit effectivement avec une précision surprenante une partie de ce dont sera fait la fin du XXe siècle et le XXIe siècle. Les télécrans, la surveillance de masse, la Police de la Pensée, le novlangue, le Ministère de l’Amour… Tout ces éléments du monde de 1984 semblent à peine exagérés par rapport à ce que nous vivons.
Et le roman n’apporte aucun espoir : il se termine par les longues séances de torture que subit Winston Smith pour l’amener à abjurer son humanité et adorer pleinement, aveuglément “Big Brother”. Je referme le livre en frissonnant.

“Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? À la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. (…) La Révolution sera complète quand le langage sera parfait.”

George Orwell, 1984, Folio Gallimard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *