Le livre qu’il faut quand il faut

Eugène Morel, 1924
Eugène Morel (au centre) lors de l’inauguration de la bibliothèque de l’Heure Joyeuse, Paris, 12 novembre 1924 / source : fonds patrimonial Heure Joyeuse, blog de la médiathèque Françoise Sagan.

“Le temps n’est plus où l’on attendait de l’instruction qu’elle façonne un cerveau en une sorte d’encyclopédie du savoir humain, une réduction de toutes sciences, que l’homme porterait dans son crâne.
L’enseignement encyclopédique, le forçage pour examens, ont pu aboutir à des succès de concours. Ils n’ont pas abouti à former un esprit. C’est le danger qui guette les civilisations ayant un long passé, de mesurer l’homme à ce qu’il sait et non à ce qu’il peut faire, et de s’encombrer de savants aussi vains que ces magnifiques bibliothèques de France, qui possèdent tant de livres qu’elles ne peuvent jamais donner celui qu’il faut quand il faut.

Eugène Morel, La librairie publique, Albin Michel 1910

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *